3 min lu
Bady Hassaine

BIKE 70 vous présente l’interview d’un nouveau pilote de légende : Bady Hassaine.

Bady Hassaine est né en Algérie le 12 octobre 1955 … environ … car comme le raconte Bady la mairie de son village en Algérie ayant brulé il j’y a pas de date officielle.  

Bady commence la moto sur la route. Il obtient sa première moto, une 175 Motobécane, en aidant son voisin à entretenir son jardin. 

Il participe aux « runs » de Rungis  où commence son envie de courir. Il débute vraiment la compétition en 1978 en participant avec son ami Bruno Vecchioni au Challenge Honda.  

Il participe ensuite aux Grands Prix et reste à l'heure actuelle le seul pilote algérien avec Larbi Habbiche à avoir pris part à un Grand Prix. Il débute fortuitement en 1983 dans une toute petite usine française lors du Bol d'Or. 

À partir de 1983 il concourt régulièrement en 125 cm3, mais sa Morbidelli semi usine, au cadre aluminium « à faire des escabeaux », lui fait perdre une saison. 

Grâce à son frère Log, il se remonte une nouvelle moto au cadre acier CD4S plus conventionnel, et en  1987 il marque ses premiers points. 

Ami de nombreux pilotes français dont Rachel Nicotte, qu’il entraîne aux Grand Prix du Japon, il réussit en 1988 à obtenir une bonne moto. En Suède,  il est certain de finir sur le podium, mais l’arrivée n’étant pas au même endroit que le départ, il se relève trop tôt, cette erreur le fera terminer finalement 6e. 

L'année suivante il ne parvient pas à reproduire la même saison et achève sa carrière en GP en 1990.

Tout le paddock connaissait Bady…même Laoud! C'est pour dire! Je me suis fait rincer, sous sa toile, au même titre que bien d'autres…c'est à dire sans raison, juste comme ça, parce qu'on passe devant, que c'est ouvert et qu'on entend le vent chaud du sud…on picole, on bouffe, on se marre…c'est tout et c'est déjà pas mal!!
J'ai bien dû lui refiler un écrou ou une BTR qu'il avait paumé et qui manquait dans sa caisse de pièces, mais je l'ai surtout pratiqué quand j'avais arrêté les GP, l'année où on travaillait sur la deux roues motrices!
Il est arrivé à la maison je ne sais plus par quel chemin, il est resté avec toute sa couée…un certain temps. Souvenir magique, Pif les appelait les "bouffe la rouille" d'autre les "voleurs de poules" mélange de passion et d'acharnement à forcer le destin…toute cette équipe de joyeux farfelus m'a appris ce que voulait dire amitié et solidarité pour ceux qui ont "que dalle".
Mais ces grandes valeurs humaines, ça ne fait pas avancer le schmilblic…. Faut aussi bosser donc, on a mis son "pisse feu" sur le banc et, dans un premier temps, vérifié toutes les âneries que le paddock soutient. Tout ça dans la joie et la BH, ils m'ont un peu transformé l'atelier et les environs en un mélange savant entre champ de bataille et camp de manouches, mais le sourire de Bady ou de Camille fait vite le ménage et finalement tu ne vois même plus le chambard. Une fois, deux motards arrivent…des vrais, des qui sont tout bleus, oh putain keski z'ont fait mes p'tits voyous… je tends un peu le dos (comme quoi les préjugés ça collent un peu sous les pieds ) Ben non, en fait les gendarmes sont seulement passés pour dire bonjour, j'ai cru voir un peu de surprise quand ils ont découvert les nouvelles couleurs de l'équipe technique, mais je crois que le côté "aventure du monde" ne leur a pas déplu.
Retour au banc moteur… Bady himself bidouille son moteur et fait les pesées, Camille passe les outils, conseille, réinvente parfois les lois du deux temps, mais ça semble avancer globalement dans le bon sens… avant de faire mieux, faut déjà ne plus faire de conneries, ça aussi c'est une école. Moi je bosse un peu pour Yam, je surveille de loin, probablement d'un peu trop loin… un jour Bady arrive vers moi au pas de charge…Oh putain Laoud, ya de la fumée qui sort d'un trou du banc.. On y va.. C'est par là que ça sort!! Ah oui, dira Cheval, par là c'est pas de la fumée qui doit sortir, c'est de la flotte!! Camille et Bady se regardent et en même temps lancent à l'autre "t'as pas ouvert le robinet!"…Pourtant il y a un gros voyant tout rouge sur le tableau de commande, heureusement le moteur n'est pas très puissant, les pesées sont courtes, le frein a un peu chauffé mais pas de façon trop grave.
Je donnerai encore quelques conseils sur les méthodes de mise au point partie cycle, tout ça entrecoupé de blagues, de repas animés… un moment de ma vie que je n'oublierai pas, Peut être même que Bady… Ben non c'est pas peut être, parce que vingt ans plus tard, à peine sorti de l'hosto, après mon petit grippage de pompe et ma tuyauterie réorganisée, je verrai le pote à Laoud passer à la maison pour vérifier de "ses yeux propres" que le vieux cheval respire encore!
Bady, Camille, Log, Akim et toute la bande de "bras cassés de toutes les couleurs" Je suis bien content que nos chemins se soient croisés, de vous connaître, et je vous fais une grosse piotte!!


Alain Chevallier - Pitlane 
http://www.pit-lane.biz/t3262p800-oldies-l-incroyable-univers-du-cheval-part-1


Interview de Jean Claude Jacq, avec la complicité de Bruno Vecchioni.  
Montage Francis Boutet.