1 min lu
Charly Charrier

Mon pote Fifi (Philippe Michel) voulait rendre hommage à son ami Charly. Alors un jour il me téléphone et me demande si je veux bien passer quelques lignes et photos sur BIKE 70. J'aime bien quand Fifi il m'appelle car "ave" son accent de Toulon, je sens le soleil et j'entends les cigales à chacune de ses phrase. Bien sur que je vais te faire ça mon Fifi ... Honte à moi ... les semaines ont passé, les mois et Charly n'est toujours pas parmi les pilotes de légende. Aujourd'hui c'est fait Charly va retrouver ses copains de bourre ... Très sincèrement mille excuses mon Fifi ... bonnes fêtes de fin d'année à toute ta petite famille et grosses bises à Mélanie et à la petite Aimy ...

 Charly est Toulonnais. Il a été mécanicien chez Jean Ruggia ( concessionnaire YAMAHA à Toulon) à l’époque où Raymond Roche et moi-même étions apprenti.
Il a commencé à courir avec une 125 AS3 Yamaha sur le circuit Paul Ricard (coupe des 4 saisons en 1972 ) RUGGIA lui a prêté la même année la 125 TA YAMAHA de Ramon JIMENEZ qui était à l’époque le pilote de pointe de l’écurie et un des meilleurs pilotes Français.
Après avoir brillé avec cette moto dans certaines courses nationales, il a été désigné comme premier pilote dans le Team RUGGIA , ( Raymond et moi , nous occupions à cette époque de lui entretenir et nettoyer sa moto).
1973 aura été l’année de tous les espoirs pour ce jeune pilote qui était parmi les étoiles montantes de la vitesse Française. C'était un pilote sûr et rapide.Il a débuté sa carrière internationale , au Grand Prix de France 1973 sur le circuit Paul Ricard.
Avec les toutes nouvelles YAMAHA 250 TD3 et 350 TR3.
Il a côtoyé ce jour là les plus grands pilotes mondiaux et a brillé dans les deux catégories : 250 et 500.
Il ne cessera durant le championnat de France de s’affirmer comme un très bon pilote.
Lors de ces courses inters il s’est bastonné avec des pilotes tels que ROUGERIE , PONS , CHOUKROUN , FERNANDEZ , TCHERNINE etc…

Tout allait bien pour Charly jusqu’à cette épreuve maudite qui s'est déroulée sur le circuit routier de Bourg en Bresse. Lors de la course des 250 Charly tombera et sera emmené dans le coma à l’hôpital où il en ressortira quelques mois plus tard très diminué physiquement et pour lui son bel avenir de pilote sera définitivement terminé. C'est dans cette même course qu'un autre ami, André Luc APPIETTO sera victime d'une chute mortelleCharly demeure toujours à proximité de TOULON et de temps en temps nous le croisons sur un circuit où l’un de ses frères vient s’entrainer.Très peu de gens se souviennent de lui et je tenais à lui rendre hommage car il a été une locomotive pour la moto à TOULON.

Philippe MICHEL